Anemone

Ses caractéristiques

Ce sont les Grecs anciens qui ont donné son nom à l’anémone. Ayant observé qu’un simple coup de vent suffisait à souffler ses graines et à les emporter au loin, ils la baptisèrent « fille du vent », du grec « anemos », « le vent ».

Mais ce n’est pas tout : ils avaient même une légende à propos de ses origines ! Elle raconte comment Aphrodite, la déesse de l’Amour, s’était éprise d’un beau jeune homme du nom d’Adonis. Quand Arès, le dieu de la Guerre, l’apprit, il en fut tellement jaloux qu’il se transforma en sanglier et tua le jeune homme. Aphrodite fit alors naître une fleur du sang répandu par son amant, afin de ne jamais l’oublier.

 

Anemone rouge du Var

Quoiqu’elle soit connue des peuples méditerranéens depuis l’antiquité, ce n’est qu’au XVIIème siècle que l’anémone fit son entrée en France, lorsqu’un botaniste du nom de Bachelier en rapporta quelques graines de Constantinople. Ce n’est pas pour autant que la « fille du vent » allait se diffuser, puisque M. Bachelier gardait jalousement pour lui les anémones qu’il cultivait dans son jardin. On raconte que c’est un conseiller au Parlement de l’époque qui serait parvenu à lui dérober quelques graines, en frottant ses vêtements de laine à la plante lors d’une visite chez le botaniste, permettant ainsi à l’anémone de se répandre et de conquérir le cœur des Français et de leurs voisins Anglais pour qui elle devint une fleur de collection !

 

Anemones bleues du Var

Comme vous le savez, l’anémone était à l’origine une petite fleur poussant à l’état sauvage dans certains pays méditerranéens d’Europe et d’Asie mineure. On continue cependant de trouver dans la nature des anémones sauvages, et notamment en France où elles sont considérées comme espèces menacées, et sont protégées sur l'ensemble du territoire depuis 1982.